#Tutefousdelagueule

0
34

LES PISTES DE TRAVAIL DE WAPI-TPE

La situation

Je profite de ce climat estival pour vous donner quelques pistes qui vont nous permettre de grandir ensemble et sur lesquelles nous travaillons actuellement.

WAPI-TPE a pour vocation de créer un environnement favorable pour que Toutes les Petites Entreprises puissent se développer, en créant des outils simples, innovants,économiques et accessibles au plus grand nombre.

Chaque jour, des petites entreprises rejoignent WAPI-TPE et profitent de nos solutions. Elles gagnent des clients, économisent sur leurs achats tout en préservant leur trésorerie.

Sur cela,personne ne peut dire que nous n’y arrivons pas et nous vous démontrons à tout instant ce que nous sommes capables de faire lorsque nous sommes ensemble.

Création d’un groupe de réflexion

Aujourd’hui nous avons besoin de vous en créant un groupe de réflexion qui sera au service de toute la communauté; un véritable laboratoire d’idées.

L’idée est de créer un réseau suffisamment important et représentatif dans chaque ville de France, pour que dès demain nous puissions, non pas nous faire entendre mais, nous faire comprendre.

Et c’est là que l’association WAPI a toute son importance.

En ayant comme gouvernance des professionnels représentatifs issus de la Petite entreprise, des institutionnels des TPE ou des représentants de fédérations professionnelles, nous pourrons proposer des solutions qui vous ressemblent.

Il ne s’agit pas, dans notre esprit, de créer un groupe qui s’opposerait à tout ou encore qui revendiquerait quelque chose, mais plus un laboratoire d’idées qui ferait réellement avancer la situation de nos petites entreprises.

Car quand nous sommes le Premier et le deuxième employeur de France, lorsque nous représentons 95% des entreprises Françaises, nous sommes le présent et l’avenir de l’économie.

«Seul un petit entrepreneur peut connaître les besoins des petites entreprises !»

Les sujets de réflexion

L’un des premiers sujets sur lequel nous pourrions travailler par exemple serait:

Quelles sont les causes et pourquoi certains de nos retraités se remettent à travailler.

Comment expliquer cette tendance et surtout comment faire en sorte de leur redonner un pouvoir d’achat qui leur permettrait de vivre sereinement et profiter de leur retraite.

  1. En effet, même en ayant travaillé et cotisé toute leur vie, les montants des retraites de nos « Ex petits entrepreneurs » ne leurs permettent pas toujours de joindre les deux bouts. Dans ce cas, retrouver une activité professionnelle ne relève plus d’un simple choix mais plutôt d’une nécessité afin de s’assurer un avenir plus paisible.
  2. Outre l’aspect financier, des seniors appréhendent la retraite par peur de se retrouver seul et de ne pas savoir comment s’occuper. Travailler après la retraite leur permet de pouvoir renouer des liens, se sentir plus utiles et surtout se prouver qu’ils sont encore capables d’avoir des responsabilités.

Travailler pour joindre les deux bouts

Un petit retour en arrière va permettre de bien comprendre notre réflexion et surtout comment faire en sorte d’inverser cette tendance qui risque d’être un désastre économique et sur lequel certains sans scrupules surfent sur cette vague.

Avant 1973, l’artisan pouvait opter pour une des 15 classes de cotisation lui donnant entre 4 et 60 points par an.

Depuis le 1er Janvier 1979, les caisses qui gèrent le régime de base se voient confier le fonctionnement du régime complémentaire obligatoire de retraite des artisans.

Beaucoup de nos artisans/commerçants cotisaient au minimum en se disant « Je vendrai plus tard mon fond de commerce ce qui me permettra de faire ma retraite »; mais depuis la valeur des fonds est quasi nulle et ne permet plus d’avoir «son petit pécule de sortie» qui permettait d’assurer un bon «matelas» pour sa retraite …

A moins d’avoir :

  1. Un emplacement de premier ordre, d’être installé dans une grande avenue à fort passage ou encore
  2. D’avoir un quasi monopole dans sa ville ou village.

Dans le premier cas, ces emplacements ont été rachetés, il y a quelques années par des fonds de pensions qui privilégient des grandes enseignes et où le commerce de proximité n’a plus ….sa place.

Dans le deuxième cas, beaucoup de créateurs préfère prendre un local vide donc moins cher et créer de A à Z leur activité.

Quelles sont les solutions ?

Alors comment redonner de la valeur à un fond de commerce pour que nos « retraités » puissent vivre des fruits de toute une vie de labeurs en vendant leur fond ?

Travailler après la retraite pour mettre son expérience au service

Le 30 octobre 2017, nous avions déjà rédigé un article dans ce sens, « L’apprentisage et les séniors nous délivrerons du chômage ». Dans ce texte il était évoqué la possibilité de créer un statut de « Maître du savoir » et étaient proposées quelques pistes.

Aujourd’hui nous faisons appel à l’action pour avancer et pour que cela se concrétise.

Le passage à l’action

Alors si vous partagez cette envie, comme nous de faire avancer les choses dans le bon sens.

Si vous êtes convaincus qu’ensemble et d’une façon concrète tout en gardant à l’esprit que vous pouvez vous rendre utiles.

Contactez nous pour mettre en place ces ateliers dans votre ville.

Vos idées et vos suggestions permettront réellement de trouver des solutions à des millions d’entrepreneurs.

Olivier TURKMENIAN

LAISSER UNE RÉPONSE

Merci de saisir votre commentaire
Merci de saisir votre nom

Résoudre : *
30 ⁄ 15 =