Le salon de l’Agriculture 2018

0
23

SALON DE L’AGRICULTURE DE PARIS, LA PLUS GRANDE FERME DE FRANCE

Le salon de l’agriculture de Paris va bientôt ouvrir ses portes. Une 55ème édition dont le thème sera cette année « L’agriculture, une aventure collective ». Cet événement international représente l’excellence de ce secteur. Une vitrine sur le monde agricole comme industriel mais c’est également l’endroit où se pressent tous les hommes politiques soucieux d’y être vus. Histoire et enjeux d’un salon qui a beaucoup évolué au fil des années.

Héritier des premières réunions agricoles du XVIIIème siècle

Une première dans le centre de Paris

Le premier concours général agricole voit le jour au Palais de l’industrie, sur les Champs-Élysées en 1870 et fait suite aux assemblées du même type et concours d’animaux de boucherie qui avaient alors lieu à Poissy dès 1844. C’est la première fois que sont réunis dans le centre de la capitale des volailles, produits laitiers et agricoles, des animaux de boucherie ainsi que des machines agricoles.

Une suspension jusqu’en 1874

Le renouvellement de la manifestation sera momentanément suspendu du fait de la guerre de 1870 et ensuite de la Commune. C’est en 1874 qu’il aura de nouveau lieu pour se développer sans interruption jusqu’à la veille de la première guerre mondiale, en 1923.

La recherche d’un site définitif

Tout d’abord organisé au Palais de l’industrie, il sera déplacé au Champs de Mars, au Grand Palais ainsi que sur l’esplanade des Invalides puis au Parc des Expositions de la Porte de Versailles. C’est donc en 1925, après 43 ans d’existence, que ce salon trouvera son lieu définitif.

Des changements s’opèrent

Le fer de lance de la sélection française des animaux reproducteurs

Rapidement, les animaux de boucherie vont progressivement disparaître au profit des bêtes de reproduction et faire du salon une référence dans la sélection des animaux de races Françaises. Après une interruption pendant la première guerre mondiale, c’est en 1923 que le salon ré-ouvre avec uniquement les animaux reproducteurs bovins, porcins, caprins ainsi qu’aux chiens de berger.

Un concours de vins en 1893

Dans le même temps, un concours de produits prospère et les vins font leur apparition dans les allées en 1893. Un concours qui se présente sous la forme d’une exposition des différents vins de France. Et en 1894 ce sont déjà 1471 spécimens qui sont présentés.

Le salon ouvre ses portes à un public plus large

Le premier concours général agricole

Après un déclin autour des années 1939, conséquences entre autres des profonds changements qui interviennent dans l’agriculture du pays, le premier concours général agricole voit le jour après-guerre en 1951 après une interruption de 12 années. Un concours qui doit son renouveau à Léon Roche, alors inspecteur général de l’agriculture, qui ouvre cet événement à un plus large public.

La naissance du CENECA

Le choix des animaux présents à ce concours sera confié aux livres généalogiques qui ont la tâche de déterminer les concurrents. Un nouveau règlement place également le concours général agricole sur la plus haute marche parmi les concours organisés pour chaque race, devenant ainsi le concours des concours. C’est le ministre de l’agriculture, Edgard Pisani, qui en 1963 va alors créer le CENECA, Centre National des Expositions et Concours Agricole. Une structure qui doit assurer l’organisation des expositions et concours agricoles nationaux et internationaux et donc celui de Paris.

Une dimension internationale

Un succès qui ne se dément pas

Le premier salon international de l’agriculture naît le 9 mars 1964 et accueille 300.000 visiteurs. Une fréquentation et un succès qui ne se démentent pas puisque ce seront en 1975, 500.000 personnes qui viendront visiter ce salon.

La vache devient un emblème

C’est dès l’an 2000 que le salon international de l’agriculture porte la vache comme son emblème. Dès lors le CENECA décide chaque année, de la race qui sera mise à l’honneur. Un animal qui en 2016, bénéficiera pour la première fois d’une communication digitale unique avec son égérie « Cerise ». Pour cette édition 2018, ce sera « Haute l’égérie », un statut qui lui octroie des soins particuliers. Ainsi cette vache Aveyronnaise va ainsi être la représentante de sa région, l’occasion de mettre en avant les qualités de cette race, l’Aubrac.

La vitrine de l’excellence agricole

Un rituel pour les professionnels de l’agriculture

Le salon de l’agriculture est un rituel d’abord pour les agriculteurs qui y retrouvent leurs confrères des autres régions, mais également l’occasion d’échanger avec les consommateurs, les transformateurs, les distributeurs et les élus.

Un lieu exceptionnel de découverte et d’apprentissage

Durant 9 jours, les visiteurs vont pouvoir apprécier la modernité, la performance et la compétitivité de l’agriculture. La plus grande manifestation agricole qui met en valeur un secteur indispensable, dont l’activité nourris le pays et qui, au travers de cette immense manifestation, a une visibilité qui permet de mettre en valeur son importance et sa rudesse.

L’agriculture, un secteur en perpétuelle mutation

Le salon de l’agriculture est également l’occasion pour tous les maillons du secteur, de mettre en avant tous ses acteurs. Ainsi les consommateurs, outre découvrir les produits, fleurons de ce secteur, peuvent également apprécier les avancées technologiques qui permettent aux professionnels de travailler dans de meilleures conditions. Des visiteurs qui peuvent ainsi comprendre la difficulté d’un métier dont ils ne connaissent au final que très peu de choses.

Une manifestation où les politiques se pressent

Une dimension incontournable

Les élus qu’ils soient locaux ou nationaux, ont tous pris la mesure de l’importance du salon de l’agriculture. Ils y reviennent ainsi chaque année plus nombreux, désireux d’être vus dans une manifestation incontournable. Pour preuve, ce sont 50 visites politiques qui ont été programmées pour l’édition 2017.

Cultiver son image médiatique

Ils multiplient les dégustations de produits et les rencontres avec les agriculteurs et les éleveurs, les politiques peaufinent leur image d’élus accessibles et préoccupés par les difficultés du secteur en étant présents au salon de l’agriculture. Et les professionnels du secteur en sont conscients. C’est l’occasion pour eux d’annoncer des mesures qu’ils s’empressent trop souvent d’oublier, une fois la porte du salon passée.

Sa première visite en tant que Président de la République

Ce sera sa première visite en qualité de chef d’État, Emmanuel Macron sait qu’il s’agit là d’un passage obligé et d’un test de popularité. Et le Président de la République est confiant compte tenu du projet de loi qui est en cours de réflexion, pour le secteur de l’agriculture. Ce rendez-vous est important, il lui permettra de mesurer sa popularité auprès des agriculteurs et d’expliquer ses mesures parmi lesquelles le plan de développement de la filière bio sans oublier la limitation de l’utilisation des produits phytosanitaires. Le problème de la rémunération des agriculteurs doit être également abordé tout comme la volonté du Président de la République d’ouvrir la filière agricole sur le monde et de mettre en avant sa qualité.

Rendez-vous du 24 février au 4 mars

Plus d’1% de la population française

Les Français éprouvent un très fort attachement à cet événement, pour preuve ils représentent 1% de la population du pays à s’y rendre. Un rendez-vous pour découvrir toute la diversité et la richesse de l’agriculture Française au travers de plus de 1000 exposants qui font la promotion du monde agricole et de ses nombreux acteurs.

9 jours pour célébrer l’agriculture du pays

Du 24 février au 4 mars, plus de 50 ans après sa création, le salon de l’agriculture est devenu l’événement de la vie agricole, citadine ainsi que politique en France. L’année passée, ce salon a permis à 1300 éleveurs de présenter leurs animaux et leur savoir-faire au cours d’un salon rythmé par les animations et des concours qui visent à favoriser les rencontres et les découvertes de l’excellence et de la modernité du monde agricole Français.

Article rédigé par l’équipe WAPI-TPE

LAISSER UNE RÉPONSE

Merci de saisir votre commentaire
Merci de saisir votre nom

Résoudre : *
8 + 28 =