Le métier de Bottier

0
29

UN MÉTIER UNE PASSION, BOTTIER

Véritable métier d’art, le bottier est celui qui créée la chaussure de A à Z à la main à ne pas confondre avec celui de cordonnier qui lui répare la chaussure.

Avec l’industrialisation de la chaussure, et le « Tout pas cher » c’est un métier où il ne reste plus qu’ une trentaine de bottiers à peine en France.

L’artisan bottier définit avec le client un modèle de chaussures aux amateurs les plus exigeants .

Il choisit le style, la forme, la couleur, la hauteur du talon, les accessoires… en vue de créer une paire de souliers unique, réalisée sur mesure et durable

C’est un Artisan du luxe

Après avoir pris ses mesures, il fabrique, en bois, la forme de son pied, sélectionne le cuir, dessine le patron et découpe les pièces de cuir qui seront utilisées pour fabriquer la chaussure. Il assemble ensuite les pièces de cuir qui formeront la tige. Puis il cloue la semelle, procède aux finitions et aux essayages avant de livrer la paire de chaussures à son client.

La noblesse des matières

Le bottier élabore à la main ses chaussures, à partir de matières authentiques et de grande qualité. Il entreprend ainsi les tâches de découpe, d’assemblage et de finition grâce à des opérations spécifiques au métier et menées à la main (rivetage, collage et agrafage). L’exercice du métier de bottier demande d’excellentes facultés manuelles et constitue un artisanat très prisé.

Étapes par étapes

• La fabrication d’une botte ou d’une chaussure demande près d’une centaine d’opérations.

Le premier palier est symbolisé par l’élaboration de la forme : il s’agit de mouler et de reproduire le pied du client dans le bois.
• Le bottier esquisse ensuite sur le papier les spécificités du modèle décrit par le client et réalise un patron en papier.
• Vient ensuite l’étape cruciale du choix du cuir : l’apparence et l’élégance d’une chaussure tiennent évidemment à la qualité des matériaux qui la composent.

Suivant l’exigence et les envies du client, le bottier recherchera un cuir rare qui rendra la chaussure unique.
• Il s’agit ensuite d’associer la tige, partie supérieure de la chaussure. Il colle ensuite les éléments de peaux afin de doubler la chaussure et réaliser le piquage. Après la réalisation de la doublure et le montage de la tige, le bottier s’occupe des finitions au-dessus de la chaussure.
• L’assemblage de la partie inférieure de la chaussure vient ensuite. Il s’agit du découpage des différentes parties du dessous, pour clouer les éléments de la semelle, avant de poser le talon.
• Le bottier se charge également de l’entretien et de la réparation de chaussures.

Qualités requises

Patience, force de travail et minutie sont les maîtres mots de cette profession. Pour un modèle masculin de chaussure, il faut au bottier au minimum trente-cinq heures de travail et près d’une centaine de manipulations.. La force manuelle nécessaire est très importante : le cuir est un matériau très résistant : la couture et le râpage demandent ainsi une grande force physique, à associer avec une grande délicatesse et une certaine souplesse. Par ailleurs, il dispose d’un esprit innovant et d’un sens de la créativité.
Le bottier fait preuve d’une précision et d’un sang-froid sans pareils : ses clients occupent souvent une place notable dans la société : il s’agit d’hommes politiques ou d’hommes d’affaires à la recherche d’un produit confortable et solide.

Les formations et les diplômes

Après la 3e

CAP (cordonnier bottier ; sellerie générale); BM cordonnier bottier; bac pro métiers du cuir, option chaussures.

Après le bac

BTS métiers de la mode, option chaussure et maroquinerie.

A la mémoire de Carry’s, bottier à Lyon

LAISSER UNE RÉPONSE

Merci de saisir votre commentaire
Merci de saisir votre nom

Résoudre : *
17 × 16 =