Faut il faire le canard avec son banquier ?

0
22

Combien de dirigeants se plaignent que les relations entre leurs banques et leur entreprise soient difficiles ?

Les chefs d’entreprise reprochent aux banquiers d’être trop frileux et de ne pas faire l’effort de comprendre leur métier et leurs contraintes,beaucoup pensent que c’est grâce aux agios que les banques gagnent beaucoup d’argent, qu’ils se considèrent comme des clients et que leur banque doivent être à leur service et qu’elles ne font plus leur métier, que ce sont avant tout des vendeurs de produits

De leur côté les banques considèrent quant à elles que leur rôle n’est pas reconnu.

Cette incompréhension fondamentale constitue un frein majeur au développement des entreprises.

Et pourtant, votre banquier est un partenaire incontournable de votre entreprise.

Mieux comprendre ce qu’est une banque avant tout

Sauf rares exceptions, une banque est un établissement privé comme bon nombre d’autres entreprises. Son but est le profit. À la fin de l’année comptable, elle doit pouvoir tirer de son bilan un résultat net qu’elle redistribuera à ses actionnaires/sociétaires sous forme de dividendes, ou qu’elle reportera dans ses comptes pour l’année suivante.

Votre conseiller bancaire est la personne qui relate les informations et qui entrera vos données pour après être analysées via un « scoring » et des critères si on vous suit ou pas; c’est surtout un être humain avant tout qui déteste comme tout le monde être pris de cours, car c’est sa responsabilité qui en dépend.

En respectant des règles simples, il est facile de s’en faire des alliés précieux.

Évitez toute situation d’urgence

Les banquiers n’aiment pas être placés devant une situation d’urgence ou un fait accompli. Vous devez anticiper tout besoin de trésorerie, et informer votre conseiller pro suffisamment à l’avance. Ne faites pas l’autruche !

Le capital social et les demandes de financement

En cas de demande de financement bancaire, le montant des apports personnels doit représenter au moins 25 à 30% du financement total. A défaut, ce sera compliqué d’obtenir une réponse positive car un apport minimum en capital social est exigé par la banque pour obtenir un crédit.

De plus, si le capital social est trop faible, la banque imposera un blocage des éventuels apports en compte courant d’associé ainsi que des garanties et cautionnement.

Ce paramètre est très important, une banque ne financera pas un projet sous-capitalisé.

Sachez toujours expliquer la source de vos problèmes

Les problèmes d’argent peuvent avoir des origines très diverses : manque de rentabilité, croissance trop forte, difficulté passagère, événement imprévu, capitaux trop faibles…

Si la source de votre problème est un manque de rentabilité, sachez présenter une liste d’actions correctives, sans attendre.

Mettez au point une véritable stratégie bancaire

  • Anticiper, on négocie mieux lorsque tout va bien, même si on a pas ou peu de besoins.
  • Sachez expliquer votre stratégie de financement de long terme, faites vous aider par votre comptable.
  • Répartissez vos crédits entre différentes banques : le risque s’en trouvera divisé.
  • Fixez des points réguliers avec votre ou vos conseillers financiers et déterminez avec eux des règles de communication claires.
  • Partagez régulièrement vos tableaux de bord avec vos conseillers.

Communiquer vos bilans

Soyez transparent

Il n’y a rien de pire que d’être obligé d’attendre la sortie du bilan, 3 ou 4 mois après la clôture, pour demander un financement ou une avance de trésorerie à sa banque. Mettez en place des systèmes de gestion modernes et intégrés afin de gagner en rapidité. Prévoyez aussi la sortie de bilans intermédiaires en cours d’année.

Invitez votre conseiller financier à venir dans vos locaux

Il est toujours bon que votre conseiller financier puisse se rendre compte de la situation par lui-même. Mettez en avant vos efforts, vos atouts, donnez à votre interlocuteur l’envie de vous soutenir.

Consolidez vos fonds propres

Évitez de tomber dans la dépendance au crédit de court terme. Consolidez vos fonds propres permettra de limiter votre recours au crédit et de rassurer votre banque.

Remettez-vous en cause

Arrêtez de critiquer les banques. Essayez de comprendre leur situation et leur risque. Faites votre méa culpa.

Tenez votre parole

Les banquiers accordent beaucoup d’importance à la parole donnée. Si vous promettez quelque chose à votre conseiller financier, faites-le.

Votre conseiller bancaire est votre meilleur allié

La pire des erreurs serait de considérer votre conseiller pro comme votre adversaire.C’est lui qui défendra votre dossier en comité de crédit. Aidez-le, donnez-lui tous les arguments pour obtenir gain de cause !

D’autre part, demandez à votre conseiller de vous faire part de ses critères d’analyse. Les banques ont le culte du secret et partagent rarement leurs méthodes d’analyse, sauf si vous leur demandez.

En conclusion, entretenez de bonnes relations avec son conseiller est essentiel pour une bonne gestion.
Article rédigé par l’équipe WAPI-TPE

LAISSER UNE RÉPONSE

Merci de saisir votre commentaire
Merci de saisir votre nom

Résoudre : *
10 ⁄ 2 =