Commerce le partage et la proximité

0
26
Le commerce favorise le partage et la proximité

LE COMMERCE FAVORISE LE PARTAGE ET LA PROXIMITÉ

Les métiers du commerce sont des métiers essentiels à la communauté et représentent un échange. Qu’il s’agisse des richesses issues des sols, de celles héritées d’un savoir-faire, le commerce c’est également transmettre une passion au travers de ce que l’on vend et tisser du lien social. Cette notion a évolué avec le temps, qu’en est-il aujourd’hui du commerce ?

L’argent, à l’origine de nombreux maux

Une source de conflits et d’insécurité

Ce sont les commerçants Assyrien et de Babylonie qui ont introduit la monnaie, qui, rapidement a engendré l’insécurité et les conflits. Les brigands ont ainsi fait leur apparition imposant la protection des voies de transports qu’elles soient sur mer ou sur terre. Des voleurs qui convoitaient cette nouvelle richesse qui leur donnait accès à ces produits sans chercher à les cultiver ou les savoirs-faire sans vouloir les apprendre. Il leur suffisait de dérober cette monnaie pour acquérir ce qu’ils convoitaient.

La lettre de change pour se prémunir des brigands

Les commerçants désireux de se protéger, mettent alors en place la lettre de change. Une innovation plutôt judicieuse, ces marchands pensant à juste titre que le meilleur moyen pour eux de se défendre n’était non pas de répondre par la violence mais d’être plus inventifs que les brigands.  La lettre de change était donc une sorte de monnaie d’échange mais pacifique.

Des conséquences qui ne font que s’étendre depuis

La société a ainsi changé et l’argent a progressivement remplacé cette notion d’échange. Une monnaie qui est devenue centrale, motif de convoitise toujours plus répandue, les uns enviant ou volant ceux qui en possèdent plus. Le commerce a ainsi perdu sa nature d’origine où chacun échangeait en toute simplicité pour tenter de vendre toujours plus cher quand les acheteurs tentent, quant à eux, d’obtenir un prix moins élevé. La concurrence a également fait son apparition entre les commerçants tronquant les rapports entre les gens et les sociétés.

Le commerce s’est complexifié avec le temps

Des intermédiaires qui augmentent les divergences

Les intermédiaires sont de plus en plus nombreux entre le producteur et le commerçant qui vend le produit. Une multiplicité qui a rendu le commerce toujours plus complexe et augmente le risque de divergences entre chacun des acteurs de cette chaîne. Ces discordances sont de fait souvent la source de conflits au sein d’une même filière.

Revenir à l’origine du commerce, créateur de lien social

Une relation directe entre un producteur et un acheteur

Une idée commence à reprendre sa place, celle de de réinstaurer un échange direct. Le manque d’un véritable échange se fait sentir tout autant qu’un besoin de qualité et de respect du produit qui ont fait resurgir depuis quelques années, de nouvelles formes de commerce ou plutôt remis d’actualité le véritable sens du commerce. Celui qui met en valeur la proximité, le fruit du travail et l’envie du partage des connaissances et du savoir-faire.

La reprise en main de la production

Éleveurs, agriculteurs ou encore paysans, freelances et autoentrepreneurs, nombreux sont les producteurs de produits ou services qui décident de reprendre en main la vente de leur savoir-faire et de leur production. Une volonté facilitée par les nouveaux moyens de communication.

Les nouvelles technologies au service d’un commerce plus vrai

Sites internet, blogs ou réseaux sociaux, autant de moyens donnés aux commerçants et leurs clients d’échanger directement entre eux et en cas de conflits, de trouver une solution pacifique. L’individualisme semble ainsi avoir atteint ses limites, la société est à la recherche de contacts réels, d’explications quant aux produits qu’ils achètent, des marchandises pour laquelle la clientèle souhaite rencontrer les producteurs, connaître les conditions de fabrication. Des clients qui aspirent à une implication plus concrète et par là-même au retour à ce lien social qui a, durant des années, fait défaut au profit de la rentabilité.

La consommation collaborative

Dans cette même logique de proximité et de lien social dont la société a de nouveau besoin, le covoiturage devient de plus en plus courant. Le partage de son véhicule pour un trajet qui ne se fait plus seul, permet de faire des rencontres, élimine la solitude et permet le partage équitable des frais de transport. Une nouvelle manière de consommer qui transparaît également avec l’émergence de nombreux sites de locations, d’échanges, de groupements d’achats pour ne citer qu’eux et qui révèlent un souhait des consommateurs de revenir à la source du commerce.

Nouer des relations pour s’entraider

Le commerce crée des richesses entre les individus, des liens essentiels que les consommateurs recherchent et auxquels ils sont aujourd’hui attachés. Une personnalisation des contacts entre producteurs et acheteurs. Des liens qui se solidifient au fil des échanges, et plus ils sont solides plus s’instaure une harmonie. Cet équilibre assure des relations fiables, de qualité et de confiance qui, sans bien évidemment faire disparaître les conflits liés à l’argent, atténueront les désaccords et permettront de renouer de véritables liens dans la communauté.

Le commerce est l’avenir d’une société plus harmonieuse

Les commerçants sont le lien entre les individus, ils aiment leurs produits, consacrent leur savoir-faire et leur passion et aiment à les partager et les faire connaître. Ce sont les acteurs principaux des liens sociaux de notre société et assure les relations de proximité qui font que l’entraide perdure. Généralement ils partagent les valeurs tant appréciées par WAPI-TPE, dont une veut que « L’intérêt des autres passe avant le sien ».

Texte rédigé par l’équipe WAPI-TPE

LAISSER UNE RÉPONSE

Merci de saisir votre commentaire
Merci de saisir votre nom

Résoudre : *
17 + 22 =